23 Juillet 2008 : Arsenal : un challenge à quitte ou double pour Samir Nasri

À 21 ans, Samir Nasri a choisi de donner une autre impulsion à sa carrière en quittant son club formateur l’Olympique de Marseille pour rejoindre Arsenal l’un des plus grands clubs européens.

En paraphant son contrat de quatre années moyennant une indemnité de transfert de 16,29 millions €, l’international français mesure le travail accompli depuis ses débuts en Ligue 1, mais aussi l’ampleur de la mission qui l’attend dans un championnat aux particularités spécifiques.

Satisfait d’avoir fait profiter à Marseille les avantages financiers de son transfert, le meneur de jeu ouvre la deuxième étape importante de sa jeune carrière. Un palier à franchir, et qui pourrait le conduire vers les sommets s’il relevait le nouveau défi qui se présente à lui.



La reconnaissance envers l’OM

Les mœurs qui prévalent dans le football actuel sont faites de telle manière que, la séparation entre joueurs et clubs tourne souvent à la bataille juridique, comme ce fut le cas encore récemment pour le transfert de Ben Arfa à Marseille.

Cela aurait pu l’être également pour l’ex-milieu de terrain olympien Samir Nasri dont le contrat expirait en 2009, mais qui a choisi de procéder autrement pour faire bénéficier au club de son coeur, les fruits de son labeur « J’aurais pu aller au bout de mon contrat initial jusqu’en 2009, ou encore faire jouer ma clause de stabilité, surtout pour l’étranger. Si je l’avais fait, je serais parti pour 3 millions d’euros environ. Mais ce n’était pas mon état d’esprit envers l’OM... J’ai voulu que l’OM retombe sur ses pieds financièrement après m’avoir fait confiance sportivement » a-t-il confié à France Football.



Le choix d’Arsenal

Courtisé par de nombreux clubs tels Manchester City, l’Inter Milan ou le Real Madrid, Nasri a donc préféré rejoindre la jeune équipe d’Arsène Wenger qui comptera une nouvelle fois sur un ancien de Ligue 1. Le technicien alsacien a su convaincre le milieu de terrain de le rejoindre, alors que l’Olympique Lyonnais tentait un coup de poker « Lyon m’a approché. J’ai discuté avec le président Aulas au téléphone. Mais ces relations ne sont guère allées plus loin. À ce moment-là, mon choix était pratiquement entériné. J’avais donné ma parole à Arsenal. Et je me voyais mal aller dans un autre club français que l’OM... Arsène Wenger représente une fierté. Je sais qu’il va m’aider à progresser. Il a connu beaucoup de réussite avec d’autres joueurs français. En particulier des jeunes qu’il a fait exploser ».

Le jeune joueur devrait également garder en mémoire, qu’il existe également des joueurs passés par Arsenal mais qui n’ont pas suivi la trajectoire qui leur était prédestinée. C’est le cas par exemple pour Johan Djourou, ou encore Jeremie Aliadière, tous les deux promis à un bel avenir. Nasri arrive néanmoins chez les Gunners avec un statut d’international, qui devrait lui permettre d’envisager une autre issue pour sa carrière.



Le positionnement chez les Gunners

Meneur de jeu axial avancé, milieu offensif gauche ou droit, playmaker reculé, aucun de ces positionnements n’est finalement une découverte pour Samir Nasri qui les a tous occupés à un moment ou à un autre de sa carrière.

La question qui se pose est de savoir quelle sera la place du technicien dans le dispositif des Gunners, sachant qu’Alexander Hleb qu’il remplace a tour à tour évoluer dans l’axe ou sur un côté selon les variantes tactiques mises en place par l’entraîneur « Arsène Wenger m’a dit qu’il souhaitait plutôt m’utiliser sur un côté. Mais il y a tellement de mouvements dans son équipe que j’aurai la possibilité de me déplacer. J’ai l’habitude de jouer à gauche depuis les sélections de jeunes. Ça ne me dérange pas. »

Si le talent du jeune joueur ne fait aucun doute, il pourrait néanmoins connaître des difficultés d’adaptation à la culture très physique de la Premier League. Henry, Adebayor, Drogba... tous des monstres physiques, se sont pourtant heurtés face à cette contrainte. Passé ce cap, Nasri pourrait devenir le joueur exceptionnel que laisse augurer son talent. Et c’est sur ce point que son choix revêt toute son importance, car il devrait bénéficier de la mansuétude d’Arsène Wenger.