19 Juin 2008 : Baky Koné : l'homme qui valait 12M€

Annoncé depuis quelques jours à Marseille, le transfert de l’attaquant de l’OGC Nice Bakari Koné (26 ans) met du temps à se concrétiser. L’aspect financier notamment est le principal point de désaccord entre le club prétendant et le club employeur.

Auteur de 14 buts en 30 matches de championnat avec les Aiglons cette année, l’international ivoirien a enfin évolué au niveau que laissait présager son éclosion sous les couleurs de Lorient en L2 lors de la saison 2004-2005. Le petit attaquant avait alors réussi à inscrire 24 buts en championnat pour les Merlus.

Les qualités du joueur ne souffrent d’aucun a priori, car il fait partie des rares éléments en L1 pouvant faire basculer une partie par la force de leur talent, les spectateurs du Parc des Princes ont pu en témoigner lors du PSG-Nice de la 33e journée du championnat (Koné avait réussi un doublé). 95 matches pour 29 buts en trois saisons de L1 valent-ils 12 M€ ?


Le spectre Luyindula freine l’initiative marseillaise

En proposant à Koné un contrat de quatre ans et un salaire estimé à 180. 000 € mensuels, Marseille a fait part de manière significative de son désir de compter sur les services du joueur la saison prochaine. En acceptant cette offre inférieure à la proposition de l’ASSE, l’Ivoirien a également affirmé son intention de rejoindre le club phocéen.

La question qui pose problème, surtout à l’Olympique de Marseille, concerne la valeur du joueur estimée par les dirigeants de Nice à 12 millions €.

Refroidi par l’investissement coûteux (plus de 10 millions €), mais finalement peu rentable du transfert de Peguy Luyindula en provenance de Lyon en 2004, Marseille a décidé de faire preuve désormais de moins de largesse dans ses dépenses.

Le cas Koné met en lumière la nouvelle donne du marché français, guidée par la jurisprudence Kader Keita et qui veut que les petits clubs ne concèdent à céder leurs meilleurs joueurs qu’à prix d’or. Il n’y a qu’à voir combien Lyon a dépensé pour obtenir la signature de Jean II Makoun (14 M€), et combien réclame le président Legarda pour lâcher le joyau manceau Stéphane Sessegon au PSG (au moins 10 M€).


La tendance du marché actuel

Bakari Koné vaut-il 12 M€ ? Non. Mais ce prix correspond à la tendance du marché, et doit être envisagé dans le cadre du débat sur le niveau de la L1. On ne peut pas à la fois déplorer la qualité de ce championnat, et ne pas consentir les efforts nécessaires pour retenir les acteurs capables de lui garantir de la crédibilité. Si Marseille ne signe pas ce chèque, n’importe quel club de seconde zone de la Premier League anglaise le ferait.

Le football français a besoin des Koné, Makoun, Ederson, Benzema, Ben Arfa... Sauf incident de parcours, ces investissements sur l’avenir sont largement rentabilisés par les performances des joueurs en question, et les plus values lucratives enregistrées lors de leurs reventes.

Marseille n’est pas à plaindre au niveau économique. Ces dernières années, le club phocéen a enregistré des marges très importantes sur la vente de ses meilleurs joueurs. Acheté à moins de 8 millions € à Guingamp, Drogba a été revendu à plus de 35 millions €. Que dire de Ribéy, obtenu gratuitement en provenance de Galatasaray et dont les recettes du transfert au Bayern atteignent les 30 millions €. Quel serait le prix de Koné à la fin de la saison prochaine, lorsqu’il aurait inscrit 20 buts en championnat... avec l’OM ?