8 Septembre 2008 : Barcelone - EdF : l'énigme Henry

Il existe de manière indéniable un parallèle entre la première année de Thierry Henry (31 ans) sous le maillot du FC Barcelone et l’exercice délicat vécu par le club blaugrana.

On ne saurait rendre l’international français seul responsable de la crise sportive catalane, mais il serait également grotesque de ne pas reconnaître qu’il n’a pas été à la hauteur du défi qu’il s’était lui-même lancé en quittant un club qui l’avait sacré Roi des Rois.

Acheté 24 millions € l’été dernier à Arsenal par Barcelone, Thierry Henry a traîné son blues tout au long de la saison, en essayant de justifier ses absences par des causes extra-sportives (sa fille qu’il ne voyait pas assez depuis son départ de Londres), son adaptation, le jeu (pas assez direct à sa convenance), mais surtout son positionnement sur le terrain à gauche de l’attaque catalane, alors qu’il n’avait pas tenu ce rôle depuis son départ de la Juventus Turin en 1999.

La presse espagnole s’interroge

Arrivé sur le banc du FC Barcelone cet été, Guardiola avait promis une place de titulaire à Henry dans l’axe de l’attaque catalane. Mais c’était sans compter sur Samuel Eto’o écarté par le nouvel entraîneur, mais imposé au regard de ses performances par les dirigeants blaugrana et le vestiaire.

De nouveau exilé sur le côté gauche offensif du Barça, les performances du capitaine de l’équipe de France ne sont pas plus convaincantes, ce qui pousse la presse espagnole à s’interroger sur son utilité. Et donc la nécessité de l’aligner.

Guardiola ne devrait pas faire la sourde oreille encore longtemps, car la défaite de Barcelone à Numancia lors de la première journée de la Liga, le pousse déjà à effectuer des choix pragmatiques au sein d’un groupe qui ne manque surtout pas de talents. La une du quotidien El Mundo Deportivo ce matin va dans ce sens.

Un statut d’intouchable en France ?

Si en France les langues tardent à se délier, il n’en demeure pas moins que le rendement de Thierry Henry avec les Bleus mérite qu’on s’y attarde. Noté 3/10 par le quotidien L’Équipe pour le match contre l’Autriche, mais c’est surtout l’absence d’influence du joueur dans le jeu des tricolores qui est flagrante, par-dessus les chiffres.

Même dans les domaines (adresse devant le but, vitesse, l’impact physique) où il excellait, Henry ne fait plus la différence. À l’heure où toutes les supputations sont émises au sujet de l’équipe de France, on pourrait également se poser la question de savoir si le statut d’Henry ne prive pas les Bleus d’autres alternatives.




 Pour participer au tirage au sort du jeu FootMercato et gagner un maillot de l’équipe de France, cliquez ici