8 Novembre 2008 : Entretien avec... Vincent Planté : « Je suis sûr que Steve ne partira pas au mercato »

À 28 ans, il fait partie de ces joueurs discrets, mais plus qu’efficaces. Lui, c’est Vincent Planté. Issu de la fabrique à talents cannoise, le gardien du Stade Malherbe de Caen entame sa sixième saison avec la formation bas-normande, la cinquième comme titulaire. Avec le SMC il a tout connu. Une finale de coupe de la Ligue (2005), une rétrogradation en Ligue 2 (la même année), puis la remontée. Devenu un joueur-clé de l’équipe de Franck Dumas, Planté revient pour FootMercato sur son club, son parcours et ses projets futurs.



FootMercato : Avec un recrutement très judicieux, le SMC est-il mieux armé pour assurer plus rapidement son maintien en Ligue 1 ?

Vincent Planté : C’est vrai que le recrutement qui a été fait a été très intelligent. Ce ne sont pas des recrues qui ont été prises à la va-vite. Des joueurs comme Savidan, Ben Khalfallah et Pablo (Barzola, NDLR) se sont vite adaptés au club et à la vie de Caen.

FM : Le fait justement de pouvoir attirer des joueurs plus médiatisés vous permet-il de penser à un recrutement plus audacieux ?

VP : Avant de parler de recrutement, on devra d’abord se maintenir au plus vite. Ensuite s’il y a un coup à jouer on le fera à fond.

FM : Vous avez 28 ans et vous entamez votre sixième saison à Caen, quel bilan dressez-vous ?

VP : J’ai eu une progression normale. Je suis arrivé comme numéro deux. J’ai réussi à m’imposer un an et demi plus tard. À force d’engranger des matchs et des saisons, je progresse comme un gardien qui débute dans une équipe moyenne et qui est maintenant une formation respectée.



Les tentations anglaises et espagnoles

FM : Vous n’avez pas envie de voir autre chose maintenant ?

VP : Pour pouvoir envisager autre chose, il faut des propositions et pour l’instant elles ne sont pas là. Je me sens très bien à Caen. Ça fait six ans que j’y suis. C’est sûr que si j’ai la chance d’avoir des clubs qui s’intéressent à moi, il y aura des discussions avec mes dirigeants. De toute manière, j’ai une philosophie : quand je commence une saison j’essaye de la finir, donc ça ne bougera pas avant l’année prochaine.

FM : Un défi vous tente ?

VP : Oui deux championnats m’intéressent vraiment. Il y a le championnat anglais et la Liga espagnole. Le championnat anglais m’a toujours plu depuis que je suis tout petit. Vous pouvez aller dans n’importe quel stade anglais, tous les week-ends ils sont complets et il y a une ambiance de fou. J’aime bien regarder Manchester United et Arsenal. Et ça que l’équipe soit première ou dernière. Et puis l’Espagne c’est plus pour son côté technique. Mais bon... (rires) comme je vous ai dit, je n’ai pas reçu de propositions.

FM : Pour revenir à Arsenal justement ils scrutent un peu en Ligue 1 (Landreau, Pelé NDLR), pensez-vous avoir votre chance ?

VP : Comme vous avez dit, ils ont peut-être des touches avec des Landreau ou des Pelé mais pas avec Planté. C’est vrai que c’est un club qui fait rêver. On sait bien qu’en France beaucoup de gardiens ont le potentiel pour jouer en Angleterre et un gars comme Pelé serait vraiment bien à Arsenal.



« Arsenal, ça fait rêver »

FM : Quand on jette un oeil sur les notes décernées par L’Équipe, vous êtes premier au classement (6,27 points), ça fait quoi d’être devant Mandanda et Lloris ?

VP : Ce sont surtout les gens qui me parlent de ce classement. Moi je sais ce que je fais de bien et de moins bien dans un match pour m’améliorer. Je ne me juge pas par rapport aux autres.

FM : Mais si vous finissez la saison à cette même position, attendrez-vous plus de reconnaissance ?

VP : Que les gens s’intéressent à moi peu importe, tant que moi je pense être bon et que mon club et mes dirigeants me trouvent à la hauteur, ça me va. Maintenant si des personnes s’intéressent à moi tant mieux, mais ce n’est pas but principal.

FM : Avec votre équipe vous avez déjà affronté cinq gros du championnat (Bordeaux, Monaco, PSG, OM, ASSE), lequel vous le plus impressionné ?

VP : Bordeaux. Le jeu qu’ils produisent est alléchant et Gourcuff nous a fait très mal. Mis à part le fait qu’il marque et qu’il fasse une passe décisive, au niveau du jeu, quand il le prend à son compte c’est impressionnant.

FM : Vous suivez le parcours et les difficultés que rencontre Yoann Gouffran à Bordeaux ?

VP : Je n’en ai pas parlé personnellement avec lui. C’est vrai qu’il est un peu moins bien qu’à Caen, mais il est jeune. Il vient de passer d’un club moyen à à un très grand club français, de star dans sa petite équipe à un statut de joueur normal donc il faut le temps que ça lui rentre dans la tronche. Mais je sais qu’il va réussir son pari bordelais.

FM : Parlons maintenant du buzz autour de Steve Savidan, restera-t-il à Caen ?

VP : J’ai entièrement confiance en Steve. C’est quelqu’un d’intelligent. Il ne va pas partir pour partir. Là il joue et fait de bonnes performances donc je pense qu’il va attendre la fin de la saison pour décider de son futur. Il aura forcément des propositions, mais je suis sûr qu’il ne partira pas au mercato.



Une fierté d’être Caennais et sélectionné en bleu

FM : Raymond Domenech fait de plus en plus souvent appel à des joueurs inexpérimentés en équipe de France comme Pelé ou Fanni, si vous terminez fort votre saison pourquoi pas rêver d’une troisième place en bleu ?

VP : Je ne vais pas dire que je n’y crois pas ou que je n’y pense pas, mais l’équipe de France ça fait rêver tous les joueurs, mais voilà aujourd’hui il y a deux gardiens en place. Après c’est sûr qu’il a appelé des joueurs comme Pelé donc si on fait appel à moi je serai heureux, mais ma priorité ce n’est pas ça.

FM : Même si vous signez dans un club plus huppé ?

VP : Au contraire, je trouve ça plus motivant d’être à Caen et d’être sélectionné. J’ai entendu quelqu’un dire qu’un mec comme Savidan ne peut pas être sélectionné parce qu’il joue à Caen. Ça veut dire quoi ? Que les joueurs sont sélectionnables que s’ils jouent dans de gros clubs ? Je ne pense pas que le sélectionneur voit ça comme ça. Ça serait une plus grande fierté de voir un joueur de Caen sélectionné en équipe de France.