30 Juin 2008 : Hatem Ben Arfa à l'OM : les raisons de nourrir des inquiétudes

Après le feuilleton du transfert avorté de Franck Ribéry de l’Olympique de Marseille à l’Olympique Lyonnais en 2006, ou encore celui du départ de François Clerc de l’OL à l’OM en 2007, et qui avaient donné lieu entre les deux camps à une guerre des mots et une bataille juridique pour le deuxième cas, l’affaire Ben Arfa (20 ans) vient rouvrir un autre champ de bataille entre les deux olympiques.

La comparaison avec les dossiers précédents s’arrête à ce stade. Au sujet du jeune international français, un accord a été trouvé entre les trois parties (Ben Arfa, OL, OM) avant sa remise en cause. Le litige porte uniquement sur une question de primes antérieure à la négociation du transfert entre le milieu de terrain et son club. Ben Arfa devait toucher 1,5 M€ déductibles de toute opération de transfert l’envoyant dans un autre club, alors que le club rhodanien a renoncé à verser cette prime parce qu’il estime qu’il a déjà fait un cadeau à Ben Arfa et à l’OM.

Face à ce blocage, la commission juridique de la LFP devrait rendre sa décision demain. Marseille et Ben Arfa qui estiment être dans leurs droits sont d’accord pour qu’il soit présent pour l’entraînement de demain à la commanderie, alors que ce dernier est convoqué à la reprise de l’OL qui a lieu aujourd’hui. La question qui se pose est de savoir ce qui se passerait si le club phocéen était débouté par la CJ de la LFP ?


La position de l’Olympique de Marseille

Mercredi dernier, en annonçant qu’un accord avait été trouvé avec l’Olympique Lyonnais pour le transfert d’Hatem Ben Arfa, Pape Diouf ignorait que quelques heures plus tard, l’affaire allait prendre une autre tournure. Sûr de son coup le président Marseillais s’était même fendu d’un compliment à l’égard de son homologue Lyonnais « Jean-Michel Aulas a été très bien disposé à notre égard, permettant ainsi de réaliser cet accord »

Le ton a changé depuis, mais ce qui préoccupe les supporters Marseillais aujourd’hui, c’est d’avoir la garantie que le Vélodrome vibrera bel et bien sur les échappées belles du jeune prodige, comme leur président le leur a promis.

Très bien engagé au départ avec le désir des joueurs ciblés d’évoluer au Vélodrome, le mercato marseillais est en train de prendre du plomb dans l’aile. Première cible du staff technique olympien, le transfert de l’attaquant brésilien de Nancy Kim s’est traduit par un échec, à cause de la gourmandise du club lorrain. Le dossier de l’attaquant de Nice Bakari Koné connaît également des difficultés dans sa conclusion, toujours pour des raisons financières (Nice veut 12 M€, Marseille en propose 10).

Enfin, l’affaire Ben Arfa qui reste suspendue au bon vouloir de Jean-Michel Aulas. Face à l’enjeu sportif important de ce dossier, Pape Diouf essaie de jouer les conciliateurs. Il a proposé de payer la moitié de la somme objet du litige entre l’OL et le joueur, c’est-à-dire 750.000 €. Selon lui, JMA était d’accord pour cette solution avant de se rétracter « Il m’avait donné son accord, et puis il y a eu ce communiqué de samedi soir » rapporte L’Équipe.

Marseille qui n’a pas prévu ce retournement, ne dispose pas réellement d’un plan B. Tous les espoirs reposent donc sur l’arbitrage de LFP.


La volte-face de l’OL

L’Olympique Lyonnais aurait-il renoncé à transférer Hatem Ben Arfa ? C’est la question que l’on peut se poser aujourd’hui au vu de la situation. Quand on veut conclure le transfert d’un joueur, on met tous éléments en marche pour que l’opération se concrétise.

Le septuple de Champion de France aurait-il pris conscience du fait qu’il se séparait de l’un des meilleurs joueurs de sa génération, offert à vil prix à un concurrent direct. C’est ce qui expliquerait ce changement de cap. En tout cas, ce qui est sûr c’est que Claude Puel le nouvel entraîneur de la formation rhodanienne souhaite conserver Ben Arfa, JMA aussi puisqu’il lui a proposé une prolongation de contrat, mais le joueur non. Actuellement à Marseille, il a indiqué qu’il ne rentrerait pas à Lyon et qu’il se considérait comme un joueur de l’effectif d’Éric Gerets, c’est la raison pour laquelle il devrait être présent à l’entraînement demain.

Pour Pape Diouf, la volte-face de JMA s’explique par les critiques internes que ce dernier aurait reçues sur la négociation de ce transfert « La vérité c’est qu’en interne à Lyon, on lui a reproché d’avoir mal négocié ce transfert, à hauteur de 11 M€. Et que, d’autre part, les services juridiques de l’OL avaient oublié que Ben Arfa bénéficiait dans son contrat d’une indemnité sur son transfert. Nous n’avons pas à être victimes de l’incurie interne au club lyonnais »

La vérité est aussi que, Ben Arfa est encore un joueur appartenant à l’Olympique Lyonnais son club formateur, et avec lequel il est sous contrat jusqu’en 2010. Il revient à Marseille de prouver le contraire, avec des documents attestant la validité du transfert du joueur. Dans le cas contraire, Lyon reste le maître de la situation.