22 Septembre 2008 : L1 : l'OM au ralenti laisse filer l'OL

Coup de frein pour l’Olympique de Marseille. Les Olympiens concèdent le match nul à domicile face à une vaillante et courageuse AS Monaco (0-0). Au classement, les hommes d’Éric Gerets restent seconds, mais voient l’Olympique Lyonnais s’échapper en tête. Quatre points séparent désormais les deux équipes. L’ASM poursuit son bon début de saison. Le club princier pointe à la 9e place.

Grosse fatigue pour l’OM

Face à Monaco ce dimanche soir, l’OM est tombé sur deux adversaires de taille : la fatigue et l’organisation défensive sans failles de Ricardo et les siens. L’accumulation des matches, la déception de la défaite mardi contre Liverpool (1-2) et le contrecoup de la préparation d’avant-saison semblent émousser les joueurs du président Pape Diouf. À l’image de Baky Koné, Karim Ziani et Mamadou Niang, l’attaque olympienne a paru à bout de souffle, incapable d’accélérer le rythme et de conclure ses actions.

Ruffier impérial dirige sa défense de main de maître

Le deuxième adversaire de taille des Marseillais ce soir se nomme Ricardo. Le technicien brésilien et ancien libéro a composé une partition que son orchestre a jouée à la perfection. Emmené par un Stéphane Ruffier en état de grâce et une solide charnière centrale Simic – Nkoulou, le bloc défensif de la Principauté a écoeuré les attaquants de l’Olympique de Marseille. Si Park, Nimani et les autres éléments offensifs du Rocher se mettent au diapason, Monaco pourrait bien jouer les trouble-fêtes au sommet de la Ligue 1.

Le film du match

L’Olympique de Marseille entrait le mieux dans la partie. Lorik Cana (2’) et Matthieu Valbuena (3’) allumaient les premières mèches sans véritablement inquiéter Stéphane Ruffier. Il fallait attendre la 20e minute pour voir le portier monégasque à l’œuvre. Suite à une erreur d’appréciation de Leandro Cufré, l’international espoir sortait une double parade sur deux frappes à bout portant de Bakary Koné et Karim Ziani. Les Azuréens attendaient la demi-heure de jeu pour enfin se montrer menaçants sur les buts de Steve Mandanda. Sur deux situations de contre, Park (33’) et Frédéric Nimani (44’) auraient pu tromper la vigilance de l’arrière-garde phocéenne. La première période se terminait sur une énorme occasion marseillaise. Koné, seul au second poteau, plaçait une tête piquée sur un centre tendu de Valbuena. Ruffier était une fois encore à la parade (45’).

Après la pause, les hommes d’Éric Gerets reprenaient sur le même rythme. Mamadou Niang, assez discret jusque-là, était tout prêt d’ouvrir le score sur un service de Valbuena. L’international sénégalais voyait sa tête en déséquilibre détournée in extremis par Ruffier sur le poteau (50’). Mais la stérile domination marseillaise offrait la possibilité aux Monégasques de s’illustrer en contre. Sur l’un d’eux, Park ratait sa reprise à la réception d’un centre de Nimani (59’). Les Marseillais tardaient à réagir. Les nouveaux entrants Hatem Ben Arfa et Elliot Grandin redonnaient de l’allant aux Ciel et Blanc. Le premier servait le second en profondeur, mais celui-ci butait sur un Ruffier en état de grâce (72’). Alejandro Alonso faisait frémir les supporters du Vélodrome sur une belle frappe du gauche (80’). La fin de match allait totalement être à l’avantage d’Hilton & Co. Taye Taïwo (85’) et Zubar (90‘+1) plaçaient les dernières banderilles. Sans succès…

La feuille de match

Olympique de Marseille – AS Monaco : 0-0 (0-0)

Stade Vélodrome

Arbitre : M. Stéphane Lannoy

Avertissements : Leko (27’), Alonso (49’) pour Monaco

Les formations :

OM : Mandanda – Bonnart, Zubar, Hilton, Taïwo – Ziani (Zenden, 76’), Cana (cap.), Cheyrou, Valbuena (Ben Arfa, 63’) – Niang, Koné (Grandin, 68’) / Entraîneur : Éric Gerets

ASM : Ruffier – Modesto (cap.), Simic, Nkoulou, Cufré – Alonso (Mongongu, 87’), Gosso (Perez, 36’), Leko, Meriem – Park, Nimani (Pino, 73’) / Entraîneur : Ricardo