17 Novembre 2008 : Ligue 1 : ces révélations que l'on n'attendait pas

De Benzema à Ben Arfa en passant par Makelele, la Ligue 1 compte cette année sur son lot de stars. Des stars qui éclipsent parfois le bon début de saison de joueurs que l’on n’attendait pas. Pourtant, ils sont quelques-uns en passe de devenir indispensables dans leurs clubs et qui n’attirent pas les regards médiatiques.



Eden Hazard (Lille, 17 ans)

Arrivé à Lille en janvier 2007, le jeune belge (voir photo) est en train de s’imposer peu à peu dans une équipe lilloise plus réputée pour son milieu de terrain que son attaque. Repéré lors d’un tournoi international des moins de 17 ans, le jeune joueur offensif est considéré comme le futur grand créateur belge. Si Claude Puel ne l’a à peine utilisé la saison dernière, Rudy Garcia semble plus enclin à le faire évoluer dans l’équipe pro. En témoigne la fréquence de ses apparitions. Rentré en jeu à chaque match depuis la 9e journée, il a ponctué d’un magnifique but sa première titularisation face à Saint-Étienne samedi dernier. Signe qui ne trompe pas, Rudy Garcia le couve et veut le protéger des sollicitations qui commencent à poindre.



Mathieu Coutadeur (Le Mans, 22 ans)

Qui voyait Le Mans réaliser un si bon début de saison après la saignée du mercato estival ? Pas grand monde. Les Manceaux ont su renouveler leur cadre et un homme a pris le pouvoir au milieu de terrain : Mathieu Coutadeur. Sollicité par quelques clubs français plus prestigieux (Bordeaux et Monaco), le Sarthois a préféré le projet manceau. Bien lui en a pris. Libéré par les départs de Romaric et Sessegnon, ce petit gabarit (1m70) a su se muer en véritable meneur de jeu. Auteur de trois buts, dont un sublime corner rentrant samedi soir, Coutadeur est devenu l’homme clé de la formation d’Yves Bertucci. Pour preuve, il n’a raté qu’un seul match de Ligue 1 cette saison, pour cause de blessure.



Lamine Gassama (Lyon, 19 ans)

Le malheur des uns fait le bonheur des autres. On pourrait appliquer cet adage au Lyonnais Lamine Gassama. Intégré à l’effectif professionnel rhodanien cette année, il profite de la blessure longue durée de François Clerc pour rentrer dans le turnover instauré par Puel. Titularisé trois fois lors des quatre dernières journées, l’arrière droit s’est montré à son aise et échappe aux critiques émises sur les difficultés de la défense des Gones. Il dispose désormais de la confiance de son coach, en témoigne sa présence dans le onze de départ face au rival bordelais. Recruté à 16 ans par Lyon, le jeune Lamine avait refusé une offre de Marseille, pensant profiter d’une meilleure formation sur les bords du Rhône. Son choix lui donne pour le moment raison.



Jérémy Morel (Lorient, 24 ans)

Difficile de jouer dans un club moins médiatisé que Lorient. Si son coéquipier Fabrice Abriel reçoit beaucoup d’éloges actuellement, l’impasse est faite sur Jérémy Morel, pourtant impérial depuis le début de la saison. Homme clé du système Gourcuff dès la saison 2003/2004, il n’a toujours pas la reconnaissance qu’il mérite. Rapide et technique, il fait parler sa polyvalence sur les ailes lorientaises. Arrière ou milieu, Morel montre un tempérament de feu et sait être décisif devant. Des restes de sa formation d’attaquant. Formé au club, il dispute sa neuvième saison au sein du club breton. À la vue de ses performances, il n’est pas sûr qu’il y en ait une dixième.