30 Mars 2012 : OM : l'étonnant détachement d'Elinton Andrade...

« La grâce d’un plongeur... sans la piscine ». L’Équipe n’a pas raté Elinton Andrade après sa grossière faute de main sur la frappe de Mario Gomez mercredi soir lors du 1/4 de finale aller de Ligue des Champions contre le Bayern Munich (0-2). Dans les colonnes du quotidien sportif roumain Pro Sport (qui appelait là l’ancien du Rapid Bucarest pour lui demander son avis avant le derby contre le Dinamo), le gardien brésilien de l’Olympique de Marseille, qui fête aujourd’hui ses 33 ans, est apparu assez imperméable à la pluie de critiques qui s’est abattue sur lui ces derniers jours.

« Ça a été très difficile de ne pas jouer depuis plus de quatorze mois, mais dans les grandes équipes, il faut se battre pour avoir sa place. Le coach m’a fait confiance et j’ai été récompensé. (...) Hmmm, quand j’avais 20 ans, je me torturais à cause des sifflets du public ou les mauvais articles dans la presse. Mais j’ai appris à ne pas faire attention et de prendre les choses avec du recul depuis le temps », a-t-il lâché. Philosophe, le n° 3 du club phocéen préfère se satisfaire d’avoir vécu une telle soirée, pour la première de sa carrière en Ligue des Champions.

« C’était grand. C’est inexplicable, je ne sais pas comment décrire ce que j’ai ressenti. Quand j’ai entendu l’hymne de la Ligue des Champions, beaucoup de choses me sont passées par la tête, c’était un rêve d’enfant. Vous savez, jouer une telle compétition, c’est un cadeau de Dieu. Beaucoup de joueurs passent toute une carrière sans la jouer et Dieu m’a donné la chance d’y participer », a-t-il confié. Malgré son erreur, Elinton Andrade préfère ne retenir que les bonnes choses. Pas sûr que l’OM ne le retienne, lui, alors que son contrat expire en juin. Son premier match de C1 était-il aussi son dernier ?