10 Décembre 2011 : OM : Anigo éteint un début d'incendie et prêche pour sa paroisse

Si l’Olympique de Marseille a retrouvé des couleurs sur le terrain, les coulisses du club phocéen restent un endroit où il ne fait pas forcément bon vivre. Poussée à son paroxysme par les récents échanges musclés entre Didier Deschamps et José Anigo, la tension qui règne au sein de l’équipe dirigeante marseillaise semble toutefois retomber peu à peu, même si des froids subsistent. Souvent désigné comme le vilain petit canard du club, José Anigo avait stigmatisé cette mauvaise ambiance au micro de RMC. « C’est fatigant. Il y a un lobbying qui est fait dans les coulisses qui est malsain. C’est triste d’entendre des choses injustes qui sont colportées par des gens médisants. Ça fait du mal. »

Visait-il à nouveau Deschamps ? Si une telle initiative le condamnerait à coup sûr, Anigo a tenu à mettre les choses à plat dans les colonnes de L’Équipe. « Didier n’a absolument rien à voir dans cette histoire. Ça, il faut que ce soit clair. Simplement, j’évoque des gens qui parlent sur moi par-derrière sans cesse. On me fait passer pour un délinquant, pour un incompétent. C’est tellement injuste que ça me fait mal. On me fait passer pour un manipulateur auprès des supporters, alors que c’est mon rôle de m’en occuper. »

Lassé par toutes ces critiques, le directeur sportif phocéen aime d’ailleurs rappeler qu’il a su oeuvrer pour le bien de l’OM. « Mais si on ne me donne que le sportif, c’est tant mieux. Mon vrai métier, c’est le sport et on me parle de tout sur mon compte sauf du sportif. Les arrivées de Rémy, Valbuena, Kaboré, Bonnart, Taiwo, Mandanda… J’aimerais qu’on n’oublie pas ce que j’ai fait. » Voilà qui a le mérite d’être dit.

Dans le même thème :

Mercato OM : Anigo défend son bilan et se livre sans concession