4 Octobre 2009 : OM -Monaco : les notes du match

Triste semaine pour l’Olympique de Marseille. Cueillis par deux buts de l’AS Monaco, les hommes de Didier Deschamps ont subi leur troisième défaite de la semaine. Auteurs d’une première mi-temps catastrophique, les Olympiens ont paru incapables de réagir face à une séduisante équipe monégasque qui a su jouer tous les coups à fond. Malgré une deuxième période de bon niveau, les partenaires de Mamadou Niang auront butté sur un Stéphane Ruffier impérial sur sa ligne, qui ne pourra rien sur la réduction du score du meilleur buteur de Ligue 1, Mamadou Niang. Score final 2-1 pour Monaco et des raisons de s’inquiéter côté marseillais.

L’homme du match : Néné. Le brésilien a prouvé ce soir qu’il faisait partie des meilleurs joueurs du championnat de France. Intenable, il a fait parler sa technique et a fait passer une bien sale soirée aux défenseurs marseillais.

Olympique de Marseille

Mandanda (5,5) : : un match solide, peu d’interventions à réaliser. Ne peut rien faire sur les deux buts monégasques.

Kaboré (4,5 plutôt discret, Kaboré n’a pas apporté grand-chose offensivement et s’est fait particulièrement bouger par les attaquants monégasques. Remplacé par Bonnart (76e)

Diawara (5) :nouveau match très moyen de la part de Diawara qui a dû quitter ses partenaires avant la fin de la rencontre suite à une légère blessure à la cuisse. Une semaine à oublier pour le défenseur sénégalais. Remplacé par Edouard Cissé.

Heinze (4) : pas vraiment dans le rythme, le solide défenseur argentin a paru plutôt emprunté durant la première période subissant les appels incessants de Park. Remplacé à la mi-temps par Mathieu Valbuena qui aura apporté sa vivacité.

Taiwo (5,5 comme souvent en ce moment, le défenseur nigérian aura alterné le bon et le moins bon. Il n’a pu faire la différence sur son côté gauche, se contentant des tâches défensives.

M’Bia (5,5) : une prestation assez moyenne de M’Bia. En grande difficulté au milieu de terrain, Didier Deschamps le repositionnera en défense centrale en remplacement de Gaby Heinze, avec peu de travail suite au regroupement défensif des monégasques en deuxième mi-temps.

Cheyrou (5,5) : très peu à son avantage en première période, Benoit Cheyrou a élevé son niveau de jeu en seconde période en s’offrant deux belles occasions de marquer, la première repoussé par la barre transversale, et la seconde arrêtée par un arrêt incroyable de Ruffier.

Lucho Gonzalez (4) : le gros point d’interrogation. Repositionné en tant que milieu défensif, Lucho Gonzalez a été invisible durant la rencontre, devant se contenter de quelques frappes bien trop molles pour inquiéter Ruffier. Incapable de se situer au milieu de terrain, l’Argentin est pour le moment le point faible de l’OM. 

Ben Arfa (6) : de retour en tant que titulaire, Ben Arfa a réalisé une prestation très encourageante. Toujours disponible, le milieu marseillais a beaucoup tenté et s’est montré particulièrement disponible au fil du match. A réussi une passe décisive sur le but de Mamadou Niang.

Niang (7) : (cap) toujours le meilleur de son équipe, Mamadou Niang s’est démultiplié sur le front de l’attaque phocéenne. Parfois esseulé, Niang a tout tenté, et s’est vu récompensé d’un but en toute fin de match. Le buteur sénégalais est indispensable à l’OM !

Morientes (5) : victime de la piteuse première période marseillaise, Morientes n’a pas eu beaucoup de bons ballons à exploiter.

AS Monaco

Ruffier (7) : Tout de rose vêtu, le gardien de l’ASM s’est montré impérial sur sa ligne. Une sortie approximative en première période. Deux parades extraordinaires à une main en deuxième mi-temps sur une tête de M’Bia puis sur une frappe de Cheyrou. Il ne peut rien sur le but de l’OM.

Traoré (6) : Bien en place sur son côté gauche, il a muselé ses vis-à-vis successifs. Pas au mieux au niveau des relances. En difficulté sur le placement dans les phases arrêtées. Il a très peu apporté sur le plan offensif.

Puygrenier (6) : Trop souvent attentiste dans les duels, il a d’ailleurs failli offrir un but à l’OM sur un plateau en première mi-temps. Utile de par son jeu de tête, il s’est en revanche montré beaucoup plus approximatif sur le plan de la relance. Très solide lors de la bonne période de Marseille en seconde période.

Mongongu (5,5) : Serein et bien placé, sa présence athlétique a considérablement gêné Morientes. Toujours présent dans le combat physique. Il est apparu plus en difficulté face à Niang, qu’il a laissé filer sur le but marseillais.

Lolo (5) : Auteur de belles montées dès le début de la rencontre, l’Ivoirien n’a jamais hésité à prendre son couloir. Du coup, les Marseillais ont souvent joué dans son dos. Pris de vitesse en première mi-temps, il s’est contenté de défendre lors du second acte.

Nkoulou (6) : Sentinelle devant la défense, l’international camerounais n’a jamais quitté son poste. Il a multiplié les courses et les pressings sur le porteur du ballon adverse. Il a coupé intelligemment de nombreuses tentatives d’offensives marseillaises.

Pérez (5) : Dur sur l’homme comme à son habitude, il a écopé d’un avertissement dès la 10e minute. L’Uruguayen a ensuite essayé de soulager sa défense centrale en colmatant les brèches et en simplifiant son jeu.

Coutadeur (5,5) : L’ex-Manceau s’est attelé à jouer vite et simple. Souvent oublié par ses partenaires dans la construction en première mi-temps, l’international espoirs a beaucoup couru derrière le ballon après la reprise. Il a toutefois bien orienté le jeu lorsqu’il le pouvait. Remplacé par Gudjohnsen (90e)

Alonso (6) : Après une entrée en matière discrète, le capitaine monégasque est monté en puissance par la suite. Un éclair de génie sur son ouverture pour le deuxième but. Il a produit beaucoup d’efforts sur son aile droite dans le repli défensif. Remplacé par Muratori (84e).

Nenê (8) : Toujours aussi à l’aise avec le ballon, l’ailier auriverde aura été un véritable poison sur son côté gauche. Précieux sur coup de pied arrêté, dans la conservation du ballon et dans l’animation offensive, il a incontestablement été le meilleur monégasque. Une très belle prestation ponctuée par un but sur un joli coup de patte gauche.

Park (7) : Malgré un gabarit fluet, il se révèle être un très bon pivot au fil des matches. Toujours disponible, il n’a pas hésité à prêter main forte à sa défense. Généreux dans ses courses et ses appels, il a été récompensé par un but d’école en fin de première mi-temps. Plus discret par la suite.