9 Février 2009 : OM : Pape Diouf dénigre l'attitude bordelaise

L’OM jouait gros hier soir. Il lui fallait gagner pour ne pas se décrocher du peloton de tête. Et Marseille a rempli le contrat au terme d’un match particulièrement haché : 7 cartons jaunes et un carton rouge glanés par les deux équipes. Et le score aurait pu être plus élevé tant la rencontre fut heurtée. Aucune des deux équipes n’a voulu montrer le moindre signe de faiblesse dans le combat physique, quitte à trop souvent dépasser les limites de l’engagement.

À écouter Pape Diouf, un tel scénario était à prévoir. « Ce qui m’avait chagriné dernièrement, et notamment à Lyon, fut ce manque d’engagement, cette manière d’accepter la supériorité de l’adversaire. C’est pour cela qu’il a fallu pour nous tous une intervention pour rappeler aux joueurs que la manière importait peut-être plus que les résultats quand on joue à Marseille. Je me suis aperçu aujourd’hui que quand la manière était là, nous avions une équipe tout à fait intéressante », a déclaré le président olympien sur le site officiel du club. Avant de fustiger l’attitude bordelaise, jugée quelque peu supérieure.

« J’ai senti une forme de manque d’humilité chez les Bordelais. Ils se sont un peu crus en terrain conquis. Il faut se rappeler des déclarations d’avant-match, de Diawara disant « L’OM va nous mettre la pression dans les 25 premières minutes, mais on a de quoi les contenir » ou de l’entraîneur disant que la victoire était plus importante pour les Marseillais que pour eux… Cela ne leur ressemble pas trop mais il y a eu une sorte de dédain de leur part et notre réponse s’est faite sur le terrain », estime Pape Diouf, qui n’a pas dû manquer de motiver ses troupes en stigmatisant les propos bordelais.

Le président phocéen devra demander un engagement physique similaire la semaine prochaine face à Monaco, où le milieu de terrain parfois composé de Jerko Leko et Diego Perez sait se montrer particulièrement agressif sur le porteur du ballon...