9 Novembre 2009 : OM : une défense toujours en question

Ahurissant. C’est l’un des mots qui a pu surgir de la bouche des nombreux spectateurs et téléspectateurs du match entre l’Olympique Lyonnais et l’Olympique de Marseille. Mais c’est exactement le genre de réflexions qu’a pu se faire Didier Deschamps en repensant à l’incroyable scénario de la rencontre. Du point de vue phocéen, le soulagement peut primer car l’OM a frôlé une défaite incroyable après avoir mené 4 buts à 2. Mais une nouvelle fois, la défense a pêché. La réaction de Deschamps dans le vestiaire n’a pas tardé, comme le raconte M’Bia dans La Provence.

« Le coach a énormément gueulé après le match. On est tous du même avis, tous déçus, avec beaucoup de regrets car on méritait de gagner. À 4-2, il aurait fallu temporiser. Certes, il y a eu du jeu et on a marqué beaucoup de buts, mais si on veut recoller à la tête du championnat, il faut impérativement gagner. Les cinq buts encaissés sont collectifs. On a simplement très mal commencé », a-t-il avoué. Cueillie à froid par le premier but de Pjanic, suite à une mauvaise relance de Hilton, la défense phocéenne a ensuite été humiliée par Govou, qui n’a eu besoin que d’une feinte de corps pour tromper Diawara et Hilton, tandis que Heinze était en retard. Sur le troisième but lyonnais, signé Lisandro, le replacement est une nouvelle fois approximatif et l’Argentin a profité des larges espaces, impensables à cet instant-là (4-2 pour l’OM) et d’une belle passe de Makoun pour redonner espoir aux siens. La main d’Heinze, si elle offre un penalty, est involontaire et la faute ne peut être imputée au défenseur. Enfin, le but de Bastos est consécutif à une belle action rhodanienne, qui a complètement déstabilisé la défense olympienne.

Si les 5 buts encaissés sont collectifs pour M’Bia, la défense entière a montré d’incroyables signes de fébrilité pour un match de cette envergure. Et Didier Deschamps va pouvoir passer de longues nuits blanches à chercher la bonne formule. L’idéale devait être la charnière Heinze-Diawara. Après de bons débuts, elle a coulé à Valenciennes, Madrid et face à Monaco. Du coup, Deschamps a relancé Hilton, repositionnant l’Argentin à gauche. Banco durant quatre rencontres, avant le terrible constat d’hier soir. Plus que le système mis en place, ce sont les performances individuelles qui plombent l’OM. Remis en selle par Deschamps, Hilton a déçu et a raté une belle occasion de devenir incontournable. Diawara peine toujours à retrouver son niveau bordelais Quant à Heinze, il est toujours au bord de la rupture et n’impressionne pas par son placement.

L’été dernier, le recrutement défensif marseillais était encensé et les premiers matches laissaient croire à une solidité de tous les instants. C’est loin d’être le cas désormais. A Deschamps de trouver la solution. On lui souhaite bien du courage...