31 Janvier 2012 : L'OM doit-il garder de bons souvenirs de Lucho ?

Une saison pleine de bonheur, puis la lente descente aux enfers. Voilà comment pourrait être résumé le parcours de Lucho Gonzalez à l’Olympique de Marseille. Recruté en grandes pompes lors de l’été 2009, avec un transfert de 18 M€ 6 M€ de bonus, l’Argentin était désigné par Didier Deschamps comme le joueur-clé. Effectivement, son sens de la passe et sa précision technique ont fait leurs preuves et son entente avec Mamadou Niang est rapidement devenue le point fort du club phocéen. Il effectuera surtout une superbe deuxième partie de saison. Cela aboutira au doublé Ligue 1-Coupe de la Ligue, avec pour Lucho le titre de meilleur passeur du championnat.

Alors au sommet de son parcours phocéen, Lucho avait su conquérir le Vélodrome, le maillot floqué à son nom étant le plus vendu. Malheureusement, son influence va décliner au fil des semaines. Les tâtonnements de l’OM sur le marché estival 2010 vont également lui rester en travers de la gorge et il ne retrouvera avec Rémy et Gignac la complicité qu’il affichait avec Niang. Malgré des prestations de plus en plus ternes, Deschamps lui maintiendra sa confiance (33 titularisations en L1). Les supporters phocéens vont eux perdre patience et remettre en question les performances du joueur argentin, peu aidé par les évènements extrasportifs. Le home-jacking dont il fut victime au printemps dernier a marqué une véritable rupture et enclenché son désir de départ.

Il aurait pu filer l’été dernier mais l’OM se montrait encore intransigeant sur l’indemnité de transfert. L’approche d’Arsenal, qui espérait un prêt, a fait réfléchir le joueur, déçu de ne pas pouvoir aller jouer en Angleterre. Sur le terrain, ses prestations fantomatiques lui ont valu un séjour sur le banc de touche, au moment où l’OM était au plus mal. Deschamps ne l’a malgré tout jamais laissé tomber et l’a relancé dès que l’occasion se présentait. Une statistique illustre parfaitement le lent déclin du meneur de jeu : ses 18 passes décisives en L1 ont toutes été distribuées lors de ses 60 premiers matches, aucune depuis 27 rencontres. Il était temps pour lui de changer d’air…