4 Novembre 2008 : Saint-Etienne : Alain Perrin entre en piste

Depuis plusieurs années, les supporters font part de leurs déceptions de voir de grands matchs devenir des rencontres banales. Ainsi, les Paris-Marseille ou encore les Lyon Saint-Étienne perdent progressivement la saveur qu’ils ont pu avoir dans le temps. Faute d’un professionnalisme exacerbé pour certains, d’un manque de passion pour d’autres, toujours est-il qu’un fait pourrait venir réanimer les débats autour de ces rivalités faiblissantes.

Partir d’un club sur un doublé coupe de France - Championnat n’est pas donné à tout le monde et fait de vous un entraîneur forcément séduisant pour des clubs en difficulté. Depuis le mois de juillet 2008 et son départ de l’Olympique Lyonnais, Alain Perrin attend patiemment l’opportunité qui lui donnerait l’occasion de retrouver un banc de touche.

Un temps contacté par le Football Club de Nantes, l’ancien Sochalien avait décliné l’offre sans toutefois expliquer les raisons de ce refus. Depuis, le technicien est pressenti à la reprise de tout club traversant une crise de moyenne ou grande ampleur.

Ainsi, c’est au tour de l’A.S Saint-Étienne d’être présentée comme la future maison de l’entraîneur français. Laurent Roussey sentant l’épée de Damoclès de plus en plus présente, les joueurs stéphanois ne parvenant pas à retrouver le chemin de la victoire pendant que les supporters commencent à faire entendre leur mécontentement sont tant d’éléments qui laissent à penser à un possible changement de staff.

Perrin tenté par le défi stéphanois

Le nom d’Alain Perrin a rapidement été avancé par différents médias dont l’Équipe qui interroge ce matin l’ancien Sochalien sur cette éventualité. « Entraîner Saint-Étienne, c’est un poste très intéressant. À ce jour, je n’ai pas été contacté et je ne veux pas étudier de proposition tant que le poste n’est pas vacant. J’apprécie beaucoup Laurent Roussey et son travail. Et je ne lui souhaite pas de mal. Mais le club et le challenge m’intéressent » déclare le manager qui, sous couvert de langue de bois, reconnaît être tenté par l’aventure verte.

Cependant, cette arrivée ne signifierait pas forcément une paix sociale entre une présidence en disgrâce et des supporters remontés. En effet, s’il est un pari risqué dans la région Rhône alpine, nommer l’entraîneur sortant de Lyon pour sauver Saint-Étienne en est bien un...