9 Septembre 2009 : Sur le départ, ils n'ont pas trouvé preneur (3/3)

Le mercato estival a fermé ses portes, laissant de nombreux joueurs sur le carreau. Car le marché des transferts ne fait pas que des heureux et n’offre pas que de belles photos de footballeurs fiers de présenter leur nouveau maillot. Certains rêvaient d’un départ et ont dû faire une croix sur leurs envies d’ailleurs. Restés à quai, ils vont devoir attendre le mercato hivernal pour parvenir à leurs fins ou réussir à se réintégrer au sein d’une équipe qui les a déjà remplacés.

Olivier Thomert (FRA, 29 ans, Stade Rennais)

L’arrivée d’un nouvel entraîneur à la tête d’un club n’est pas toujours synonyme de nouveau départ. Olivier Thomert le sait, lui qui n’entre pas dans les plans de Frédéric Antonetti. Il faut dire que le gaucher était aussi désireux de trouver un nouveau challenge. Le Stade Rennais a d’abord tenté de s’en servir comme monnaie d’échange pour attirer Obraniak, sans succès. Pour la petite histoire, c’est déjà par ce biais qu’il était arrivé en Bretagne, en lieu et place de Monterrubio parti à Lens. L’Espanyol Barcelone s’est également penché sur son cas, sans jamais transmettre d’offre satisfaisante à Rennes. Thomert sera libre en juin 2010. D’ici là, il risque de trouver le temps long.

Jerko Leko (CRO, 29 ans, AS Monaco)

Longtemps, on a cru que la vente du Croate était indispensable pour recruter Coutadeur. On sait désormais que non. Le milieu international, sur le Rocher depuis trois ans, n’a pas résisté à l’arrivée de Guy Lacombe sur le banc de touche. Écarté du groupe professionnel, il a été invité à trouver un point de chute. Les courtisans étaient présents : Blackburn, Wolverhampton, Stoke City ou encore Livourne. Mais aucun n’a su proposer au joueur un salaire suffisant. Le Croate est en effet grassement payé en principauté. Le rugueux milieu de terrain, sous contrat jusqu’en 2010, continuera donc à toucher le jackpot sans même se démener sur les terrains de Ligue 1

Albert Baning (CAM, 24 ans, Paris SG)

Le mystère du PSG. Recruté à l’été 2006 sur recommandation de Gérard Houllier, le grand Camerounais a vite montré ses limites et est rentré dans la catégorie des joueurs éternellement prêtés. Sedan en 2007, Grenoble en 2008, le milieu de terrain a dû s’exiler pour aller trouver du temps de jeu. De retour dans la capitale, Baning ne se fait pas d’illusions, même si Antoine Kombouaré a souhaité se bâtir un avis en lui laissant sa chance en présaison. Et apparemment, il n’a pas été convaincu. Avec un salaire estimé à 50 000 euros mensuels, Baning est loin d’être accessible pour des clubs au standing inférieur. Paris va donc traîner au moins jusqu’à janvier un boulet financier auquel il est habitué.

Dans le même thème :

 Sur le départ, ils n’ont pas trouvé preneur (1/3)

 Sur le départ, ils n’ont pas trouvé preneur (2/3)